Le cancer

Chaque année, on estime à 3 000 le nombre de nouveaux cas de cancer au Luxembourg ; les plus fréquents étant les cancers du sein, de la prostate, du côlon et de la peau.


1 personne sur 8 dans le monde est atteinte d’un cancer

La maladie est responsable d’au moins un quart de tous les décès dans le pays et reste l’un des principaux fardeaux pour la santé aujourd’hui, tant en termes de souffrance personnelle qu’en termes de coûts. Il est donc d’autant plus important que les professionnels de la santé, les chercheurs, les associations de patients, les politiciens et la population travaillent main dans la main pour améliorer la situation.

Une étape importante dans cet effort est le plan national du cancer, présenté en 2014 par le Ministère de la Santé. Ce plan ambitieux de lutte contre le cancer sur plusieurs fronts confère un rôle clé à IBBL pour faire avancer la recherche en cancérologie. En effet, depuis la création de la biobanque, nous avons soutenu activement plusieurs projets de recherche sur le cancer, dont certains sous l’égide du Personalised Medicine Consortium (PMC).

Personnalisation de la thérapie du cancer du poumon

cancer-lung

Mené par Dr Guy Berchem (oncologue au Centre Hospitalier de Luxembourg et au LIH), le programme phare du PMC sur le cancer du poumon vise principalement à découvrir et évaluer des molécules dans le sang ou dans le tissu tumoral de patients atteints du cancer, qui pourraient être utilisées pour améliorer le diagnostic ou la décision de traitement.

L’étude compare le temps de survie entre des patients ayant reçu une thérapie ciblée, basée sur la présence de mutations spécifiques dans leurs tumeurs, et des patients ayant reçu un traitement standard. À ce jour plus de 200 patients ont été recrutés pour l’étude.

Publication des premiers résultats

Certaines des études sur le cancer que l’ont soutient ont déjà généré d’importants résultats, comme l’étude sur le cancer colorectal, financée par la Fondation Cancer et dirigée par le Prof. Haan de l’Université du Luxembourg.

En 2014, les chercheurs ayant travaillé sur ce projet ont publié leurs premiers résultats dans une prestigieuse revue scientifique, suite à la découverte de deux nouvelles molécules qui pourraient convenir au diagnostic précoce du cancer colorectal. Il est bon de savoir que ce cancer peut être guéri 9 cas sur 10 s’il est détecté à temps. Le projet a inspiré deux autres publications depuis lors et l’équipe scientifique continue sa quête de marqeurs pouvant réduire l’incidence de la maladie.

Pour mener à bien leurs études, les scientifiques ont besoin du soutien de la population. A ce jour un total de 112 patients se sont portés volontaires pour donner un échantillon de leur tumeur pour la recherche. Ces échantillons ont été prélevés par des chirurgiens dans des hôpitaux luxembourgeois et ont été directement transportés à la biobanque, où nos pathologistes ont traité et analysés les tissus. Nous avons coordonné toutes les étapes : depuis la collecte jusqu’au traitement des échantillons, en passant par leur contrôle qualité, sans oublier la gestion des données médicales associées.

Cette collection servira notamment à mener trois nouvelles études pilotes fondées par le Fonds National de la Recherche et le PMC.

Renforcer la lutte nationale contre le cancer

A l’avenir, il est prévu d’élargir cette collection à tout type de cancer. Coordonnée par le Plan National Cancer, l’initiative repose sur un effort commun rassemblant tous les acteurs de la recherche en oncologie au Luxembourg : les hôpitaux, le Laboratoire National de Santé et la biobanque. Ainsi, chaque patient atteint d’un cancer et recevant des soins de santé au Luxembourg aura la possibilité de donner un échantillon de sa tumeur pour faire avancer la recherche. Il va sans dire que cette vaste collection sera un véritable atout dans la lutte nationale contre le cancer.

Nos projets nationaux

IBBL est impliquée dans de nombreux projets nationaux sur le cancer, en étroite collaboration avec tous les acteurs majeurs de la recherche biomédicale et de la santé au Luxembourg. Ci-dessous une sélection de nos derniers projets.   

Collection d’échantillons biologiques - cancer du poumon (Lung Cancer Study - LCS)

Le cancer du poumon est lié au plus grand nombre de décès dus au cancer chaque année, tant chez les hommes que chez les femmes, et une fois diagnostiqué, le taux de survie à 10 ans est faible (<15%). Ce mauvais pronostic repose en grande partie sur l’absence de test de diagnostic efficace. L’objectif principal de cette étude est de découvrir et de valider des biomarqueurs moléculaires du cancer du poumon et de développer un test de diagnostic moléculaire spécifique au cancer du poumon. L’étude comprend la collecte de salive, d’urine, de sang et de tissus des patients chez lesquels un cancer du poumon a été diagnostiqué, ainsi qu’une partie du liquide malin dans les poumons. Les patients qui subiront une résection chirurgicale de leur tumeur donnent aussi une partie de tissu tumoral ainsi qu’une section de tissu pulmonaire normal adjacent à la tumeur.

Collection d’échantillons biologiques - cancer colorectal (Suppressor Of Cytokine Signaling – SOCS)

L’objectif du projet est de comprendre le développement de cette maladie et d’utiliser ces connaissances afin de développer de meilleurs traitements et tests diagnostiques. Vos échantillons seront stockés à l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL) à des fins de recherche. La première étude dans le cadre de ce projet est appelée « Découverte de nouvelles cibles thérapeutiques pour le cancer colorectal ». Cette recherche est financée par la Fondation Cancer et l’IBBL. Cette étude conjointe est coordonnée par l’Université du Luxembourg et le Laboratoire National de Santé (LNS) en partenariat avec l’IBBL.

Validation du biomarqueur MYO5B (MyoRPROG)

Dans ce POC (Proof of Concept), IBBL sera partenaire de l’Université du Luxembourg. IBBL effectuera la validation du biomarqueur MYO5B, un biomarqueur pronostique du cancer colorectal découvert par l’Université du Luxembourg.

Étude pilote visant à étudier le Profil Fonctionnel Personnalisé (PFP) chez des patients atteints de cancers gastro-intestinaux métastatiques ou de glioblastomes récurrents au Luxembourg (Pilot-PFP)

Cette étude de recherche s’inscrit dans le cadre du développement de la médecine personnalisée pour le traitement du cancer au Luxembourg. L’étude « Pilot-PFP » a pour objectif d’évaluer la mise en place d’une plateforme d’analyses au Luxembourg destinée à délivrer une recommandation de traitement au médecin traitant. A long terme, le but de cette plateforme sera de déterminer le meilleur traitement pour chaque tumeur en dressant le profil fonctionnel et le profil génétique de la tumeur. L’étude « Pilot-PFP » est une initiative du Luxembourg Institute of Health (LIH). La plateforme d’analyse sera constituée par le Laboratoire National de Santé (LNS), IBBL, le Luxembourg Center for Systems Biomedicine (LCSB) et le Centre National de Séquençage (LuxGen). Cette plateforme a pour but d’analyser les cellules cancéreuses d’un patient atteint d’un cancer gastro intestinal métastatique ou d’un glioblastome récurrent ; de comparer plusieurs traitements disponibles ; et d’identifier le meilleur traitement potentiel pour cette tumeur. Cette étude est une étude pilote qui devrait montrer aux chercheurs du LIH si la mise en place de cette plateforme d’analyse est réalisable au Luxembourg. De ce fait un petit nombre de patients sera inclus dans l’étude (20 patients sur 2 sites au Luxembourg – le Centre Hospitalier du Luxembourg (CHL) et l’Hôpital Robert Schuman (HRS)).

Plan National Cancer Luxembourg 2014‐2018

En 2014, le gouvernement luxembourgeois a lancé le premier Plan National Cancer (PC-Lux 2014-2018) afin de favoriser les interactions entre les différents acteurs luttant contre le cancer au Luxembourg. L’une des actions proposées consistait à créer une collection nationale d’échantillons dédiée à la recherche en oncologie, sur la base d’une étroite collaboration entre les hôpitaux, les médecins, le LNS et l’Integrated Biobank of Luxembourg (IBBL). Cette stratégie permet de préparer et de stocker chez IBBL une collection uniforme de ressources biologiques et ouvre des possibilités pour leur utilisation dans des études futures. Une telle ressource présente l’avantage important de fournir des collections d’échantillons plus vastes, prêtes à être utilisées à des fins de recherche. Des échantillons et des données cliniques de patients chez qui un cancer est suspecté ou diagnostiqué sont collectés, traités et conservés à des fins de recherche future dans le domaine de l’oncologie ou dans des domaines associés.

Biomarqueurs multi-omiques non-invasifs dérivés du microbiome pour la détection precoce du cancer colorectal (MiCa)

Le projet de recherche vise à identifier les modifications de la structure et de la fonction de la communauté microbienne associées au cancer colorectal dans le tube digestif humain. Son objectif principal est de mettre en place un nouveau modèle non invasif pour la détection précoce du cancer colorectal, basé sur le test de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) existant. IBBL est responsable de la collecte, du traitement, du transport, de l’aliquotage, du stockage et de la récupération des échantillons (sang, salive, urine). 

Programme de diagnostic moléculaire pour un meilleur traitement du cancer (MDLUX2)

Le projet vise à améliorer les soins de santé au Luxembourg, et plus spécifiquement à améliorer les résultats du traitement du cancer en évaluant la valeur et la faisabilité de la mise en place de tests de diagnostic moléculaire dans le cadre des soins du cancer au Luxembourg. Une série de tests de diagnostic moléculaire sera réalisée sur des échantillons de tissus de chaque patient participant à MDLUX2. Le projet est financé conjointement par l’Institut National du Cancer (INC), IBBL, la Fondation Cancer et la Fondatioun Kriibskrank Kanner. Il est également soutenu par le Laboratoire National de Santé (LNS), les hôpitaux luxembourgeois et d’autres partenaires.

Rôle du cluster miR-371-373 dans l'initiation et la colonisation métastatique des tumeurs (MiRMet)

Le projet vise à comprendre la formation de cellules initiatrices de tumeurs (TIC) dans le cancer colorectal et leur contribution à la métastase. Plus précisément, il cherche à dévoiler les mécanismes sous-jacents à l’acquisition de propriétés métastatiques, dans le but ultime de fournir de nouvelles cibles moléculaires pour le développement futur de traitements thérapeutiques contre le cancer colorectal. Le projet est une collaboration entre l’Université du Luxembourg et IBBL.

Une stratégie ‘multi-omique’ pour surmonter la résistance au glioblastome induite par la thérapie: un point d'entrée pour un traitement personnalisé

Les tumeurs malignes du cerveau sont une maladie très hétérogène dont l’issue clinique est très mauvaise. En particulier, le glioblastome multiforme (GBM) présente une très forte hétérogénéité génétique. Malgré un traitement agressif comprenant résection chirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie, les patients atteints de GBM présentent une progression très rapide de la maladie avec une espérance de vie moyenne de 12 à 15 mois. Le diagnostic clinique actuel manque toujours de résolution raisonnable de l’hétérogénéité tumorale pour des stratégies de traitement optimisées et personnalisées. Le projet vise à établir des stratégies pour l’interrogation clinique future de l’hétérogénéité intra-tumorale. Nous prévoyons d’analyser au niveau cellulaire des échantillons de tumeurs initiales et récurrentes de patients atteints de GBM pour révéler les identités génétiques et transcriptomiques contribuant à la progression de la maladie et à la résistance liée au traitement. En même temps, nous établirons des xénogreffes dérivées du patient (PDX – tissu tumoral prélevé chez un patient et implanté sur des souris à des fins de recherche) à partir d’échantillons de GBM initiaux et récurrents. Ces PDX permettront des approches de traitement personnalisées précliniques, visant à surmonter la résistance thérapeutique associée à l’hétérogénéité.

Effets de la perte de poids durant la chimiothérapie sur la libération de pesticides et évaluation de l'interférence potentielle avec les régimes de chimiothérapie (PEST-CHEM)

Les produits toxiques auxquels nous sommes exposés régulièrement s’accumulent dans notre organisme. Des chercheurs du Luxembourg sont à même de détecter l’exposition à certains de ces composés toxiques, notamment en analysant le sang et les cheveux de volontaires sains. Durant les traitements de chimiothérapie une perte de poids est observée chez de nombreux patients atteints de cancers gastrointestinaux. Cette perte de poids peut être une suite de l’intervention chirurgicale ou du traitement chimiothérapeutique. Une perte de poids importante peut entraîner la libération de résidus de produits toxiques stockés dans les tissus adipeux. Les chercheurs souhaitent comprendre (i) si la perte de poids induite par la chirurgie ou la chimiothérapie utilisée pour le traitement du cancer induit la libération de produits toxiques auxquels les participants auraient été exposés auparavant et (ii) si la libération de ces composés pouvait avoir un impact sur l’efficacité du traitement. Des échantillons de cheveux et de sang, ainsi que des données médicales, seront collectés pour l’étude, puis traités et stockés à l’IBBL.

Identification de biomarqueurs pour le cancer colorectal (BiCRC)

Ce projet est une collaboration entre le CHL, IBBL, LNS et l’Université du Luxembourg. L’objectif principal de ce projet est d’étudier les biomarqueurs prédictifs ou pronostiques des cancers du côlon ou du rectum. Les biomarqueurs évalués dans le cadre de ce projet ont été considérés dans des études individuelles comme statistiquement capables de prédire l’évolution du patient ou n’avaient pas encore été étudiés à cette fin. L’étude comparera tous ces facteurs avec le système de stadification de Dukes, afin de déterminer s’ils pourraient compléter l’outil clinique actuel de prise de décision.

Prolongation de la survie par génomique innovante (SPRING)

SPRING est un essai clinique (phases I et II) visant à tester la sureté et l’efficacité d’une approche de trithérapie dans le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé / métastatique et à évaluer rétrospectivement la capacité de la génomique intégrée et de la transcriptomique à faire correspondre les patients à la bonne combinaison. Le but ultime est d’améliorer le traitement du cancer du poumon avancé, d’accroître les bénéfices cliniques et d’augmenter la survie. IBBL est responsable de la fourniture des kits de collecte de tissus et du traitement des échantillons de tissus collectés. Le projet est une collaboration entre le CHL, le Centre d’investigation clinique et épidémiologique (Clinical and Epidemiological Investigation Center) du LIH et IBBL. 

Participez !

Les patients atteints d’un cancer qui souhaitent soutenir la recherche peuvent demander à leur oncologue s’il existe des projets de recherche auxquels ils pourraient participer. IBBL collaborent avec les oncologues luxembourgeois sur plusieurs études de recherche, qui sont souvent spécifiques à un type de cancer particulier. Le Plan Cancer préconise cependant qu’à l’avenir des échantillons de toutes les tumeurs opérées au Luxembourg soient stockés à la biobanque à des fins de recherche si le patient a donné son consentement.