La maladie de Parkinson

À l’échelle mondiale, environ 7 à 10 millions de personnes souffrent de la maladie de Parkinson. On estime qu’au Luxembourg près de 1 200 personnes sont touchées par cette maladie neurodégénérative chronique et progressive.

icon-parkinson

Le risque de contracter une maladie neurodégénérative, telle qu’Alzheimer ou Parkinson, augmente avec l’âge : plus de 10 % des patients atteints de la maladie de Parkinson sont diagnostiqués avant l’âge de 50 ans. Au moment du diagnostic, les patients parkinsoniens manifestent habituellement des symptômes moteurs comme la rigidité musculaire, des tremblements ou un ralentissement des mouvements. La maladie de Parkinson met des années à se développer et lorsque les symptômes moteurs apparaissent, les dégâts dans les cellules nerveuses sont déjà considérables. Cependant, jusqu’à 10 ou 20 ans avant cela, la plupart des patients souffriront de problèmes de vision, de constipation, de troubles du sommeil ou d’une perte de l’odorat. On considère aujourd’hui ces symptômes comme des facteurs de risques prémoteurs de la maladie.

En vue de traiter les patients le plus rapidement et le plus efficacement possible, il est impératif de découvrir des tests diagnostiques précoces et efficaces et de meilleurs traitements. La biobanque, ayant compris l’urgence, participe à la fois aux études nationales et internationales sur la maladie de Parkinson. En même temps, nous travaillons en étroite collaboration avec Parkinson Luxembourg, l’association locale des patients, pour les informer de la recherche sur la maladie et leur prouver notre solidarité.

Collaboration internationale

PrintDepuis 2013, nous travaillons comme la biobanque centrale européenne d’un projet fondé par le Programme commun de l’Union européenne sur les maladies neurodégénératives (Joint Programme for Neurodegenerative Disease Research – JPND). Il s’agit là de la plus grande initiative de recherche mondiale axée sur les maladies neurodégénératives. Les échantillons de sang et de liquide céphalo-rachidien, recueillis dans plusieurs hôpitaux européens, sont stockés à IBBL et mis à la disposition des scientifiques de 19 pays différents. En plus de la gestion physique des échantillons biologiques pour le projet, nous avons mis en place une plateforme informatique qui collecte toutes les données relatives aux échantillons, et nous avons également participé à la recherche en tant que telle en évaluant la manière dont le liquide céphalo-rachidien est traité en laboratoire.

En 2016, IBBL a rejoint un autre projet JPND en tant que collaborateur externe. Des chercheurs du Luxembourg, d’Allemagne, d’Autriche, des Pays-Bas et d’Israël ont unis leurs forces pour créer des mini structures semblables au cerveau humain à partir de cellules prélevées sur des patients parkinsoniens, dans le but de déterminer les effets de la maladie sur le cerveau. Au sein de ce consortium, IBBL se charge de la réception des échantillons, ainsi que de la multiplication, conservation et redistribution des cellules. De plus, nos chercheurs aident à tester une nouvelle méthode de cryoconservation de ces mini structures.

L’excellence locale

La plus grande initiative dans ce domaine jamais lancée au Luxembourg a vu le jour en 2015. Mise en place par le Fonds National de la Recherche (FNR), le National Centre of Excellence in Research on Parkinson’s Disease (NCER-PD) est un programme d’une durée de 8 ans dont l’objetif est de trouver des techniques de diagnostic précoce et de meilleurs traitements contre cette maladie.

Plus de 600 patients et donneurs en bonne santé résidant au Luxembourg et dans la Grande Région ont participé à l’étude en 2018. Ce taux de participation reflète l’intérêt et la volonté de la population à faire progresser la recherche médicale. Leurs échantillons biologiques (sang, urine, salive) sont manipulés avec le plus grand soin par la biobanque. Nous avons également développé des tests de contrôlé qualité afin de maximaliser la contribution des donneurs et de garantir l’obtention de résultats robustes en laboratoire.

Nos projets nationaux

IBBL est impliquée dans de nombreux projets nationaux sur le Parkinson et sur d’autres maladies neurodégénératives, en étroite collaboration avec tous les acteurs majeurs de la recherche biomédicale et de la santé au Luxembourg. Ci-dessous une sélection de nos derniers projets.   

Collection de matériel biologique dans le cadre de la recherche sur les maladies neurodégénératives (ND collection)

La recherche est très importante pour améliorer la prise en charge médicale des patients car elle permet à la fois de mieux comprendre les mécanismes de la maladie et de développer de nouveaux tests diagnostiques et de nouveaux traitements. Ces nouvelles découvertes contribuent non seulement à limiter les symptômes mais également à enrayer la progression de la maladie. Les chercheurs doivent donc avoir accès à des échantillons biologiques, associés à des données cliniques, de patients et de personnes saines afin d’étudier les biomarqueurs spécifiques de la maladie et les mécanismes provoquant la mort des cellules neuronales. Collecter suffisamment d’échantillons pour répondre rapidement à une hypothèse de recherche nécessite des efforts considérables. Dès lors, les échantillons et données anonymisés des participants recueillis lors de cette collection aideront de nombreuses équipes de recherche luxembourgeoises, mais aussi internationales, afin de faire progresser la compréhension et les traitements des maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, l’épilepsie et les maladies cérébrales inflammatoires. L’IBBL (Integrated BioBank of Luxembourg) en tant que biobanque et le LCSB (Luxembourg Centre for Systems and Biomedicine) en tant que centre de recherche sont co-sponsors de cette collection.

Modélisation avancée de la maladie de Parkinson avec des organoïdes humains tridimensionnels du cerveau moyen (3DPD)

Le projet vise à mettre en place un nouveau modèle de culture cellulaire en 3D pour élucider les effets de la maladie de Parkinson sur l’architecture et la connectivité du cerveau. Le projet est dirigé par le Luxembourg Center for Systems Biomedicine de l’Université du Luxembourg.

Standardisation de la génération des organoïdes du cerveau moyen et preuve de concept pour application (BrainOid)

Le projet BrainOid est un projet de collaboration entre IBBL, LIH, l’Université du Luxembourg et le FNR. Son objectif est de générer des prototypes d’organoïdes cérébraux à partir de cellules souches humaines, prêts à la distribution et à diverses applications. La première étape consistera à normaliser leur production, puis à fournir une preuve de concept pour les tests de toxicité et de neurodégénérescence. Les organoïdes du cerveau moyen seront générés à partir de cellules souches neuroépithéliales humaines (hNESC) dérivées de cellules souches pluripotentes (iPSC) issues de biopsies cutanées. La validation des méthodes sera effectuée par IBBL.

L'épigénétique mitochondriale en tant que cause de dysfonctionnement mitochondrial dans la maladie de Parkinson (EME)

Le dysfonctionnement mitochondrial est un acteur principal dans la maladie de Parkinson. Cependant, le mécanisme moléculaire sous-jacent à ce dysfonctionnement mitochondrial n’est pas compris. Le projet vise à étudier une possible dérégulation de l’épigénétique de l’ADN mitochondrial (ADNmt) dans les plaquettes dérivées de patients atteints de la maladie de Parkinson. Le projet évaluera la validité des profils épigénétiques de l’ADNmt en tant que biomarqueur pour le diagnostic précoce de la maladie de Parkinson et / ou la stadification de la maladie, ainsi que pour élucider les causes des dysfonctionnements mitochondriaux liés à la maladie de Parkinson. Cette approche peut aider à développer des stratégies thérapeutiques pour prévenir la perte de cellules neuronales. L’étude est une collaboration entre le LCSB, l’Université du Luxembourg et IBBL.

Participez !

Que vous soyez atteints de la maladie de Parkinson ou non, vous pouvez contribuer à la recherche dans ce domaine en participant à l’étude National Centre of Excellence in Research on Parkinson’s Disease (NCER-PD), une collaboration entre IBBL, le Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB), le Luxembourg Institute of Health (LIH), le Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL) et le Laboratoire National de Santé (LNS). 

Pour en savoir plus sur l’étude NCER-PD ou participer, rendez-vous sur le site www.parkinson.lu